Glossaire Tomola, candidat à la présidence

Les élèves de la classe de francisation de Josée et Julien ont réalisé des entrevues avec les candidats à la présidence du Conseil des élèves 2018-2019. Les réponses aux questions posées lors de ces entretiens vous permettront de commencer à orienter votre choix en vue des élections de ce jeudi 11 octobre, à 10h35. Tous les élèves seront alors convoqués dans la salle polyvalente pour venir entendre les discours de ces élèves engagés dans la vie étudiante de notre école. 

Les présentations:

Entrevue réalisée par Olesea Turcan et Charie Lyne Tidwell, élèves en francisation

Glossaire Tomola

Où es-tu né ?
Je suis né en Afrique, précisément au Cameroun.

Où habites-tu ?
Maintenant, j’habite à Saint-Hyacinthe.

Depuis quand vis-tu au  Québec?
Ça fait 2 ans et 8 mois.

Est-ce que tu aimes le Québec?
J’aime tellement le Québec, c’est pourquoi je suis toujours là. Ici, je suis heureux.

Quel âge as-tu ?
J’ai 32 ans.

Parle-moi de ton parcours scolaire, stp.
En Afrique, j’ai été obligé de quitter mon pays à cause de la guerre, pour aller me réfugier dans un autre pays avec ma famille. À cause de ça, j’ai arrêté mes études secondaires. Mais, une fois arrivé au Québec, j’ai continué mes études au CFM. J’ai commencé au présecondaire et je suis déjà en secondaire 4.

Quelles sont tes principales qualités ou défauts ?
Je veux commencer avec mes défauts. Il n’y a pas de personnes parfaites dans ce monde. J’aime l’excellence. Lorsque je suis déçu parce que j’échoue un examen, ça me frustre un peu ; j’ai alors peur de le reprendre. Mais je me reprends vite en main.

Concernant mes qualités, je suis courtois, gentil, à l’écoute et généreux envers les autres.

Aimes-tu le sport?
Bien sûr, parce que j’ai pratiqué les arts martiaux et la boxe pendent 17 ans. Actuellement, je suis inscrit dans une salle de gym.

Qu’est-ce qui ferait de toi un bon président ?
Le Québec et mon pays d’origine ont fait de moi la personne que je suis en train de devenir. Je veux partager mes connaissances et mon expérience avec les gens pour vivre dans des conditions meilleures. Le CFM m’a enseigné plusieurs matières et les particularités de la culture québécoise. Moi, de mon côté, je veux exposer les cultures étrangères aux gens. Nous sommes en grande partie des immigrant au CFM. On doit profiter ensemble de cette richesse multiculturelle.

As-tu des idées pour l’avenir de ton école ?
Commençons petit à petit. Par exemple, on doit mettre plus de microondes pour attendre moins longtemps pour le réchauffement de la nourriture. Redynamiser le système dans le domaine sportif. Il faut faire vraiment que la salle soit rendue disponible pour les besoins des étudiants. Conscientiser les gens à l’importance du sport.

Qu’aimerais-tu faire comme métier/profession plus tard ?
Je veux m’investir dans le domaine de la santé. Je souhaite aller à l’université. Mon souci c’est d’aider. Je suis un refugié de la guerre. J’ai vu des personnes mourir devant moi, ma famille tuée. Les gens m’ont aidé et je n’ai pas perdu l’espoir. Dieu existe et un soleil nouveau rayonnera dans ma vie.

Qu’est-ce que tu fais dans tes temps libres?
 Je suis en train d’écrire un livre que j’intitule « La tragédie d’une histoire » où je raconte ma vie et la souffrance rencontrée dans mon parcours.

Quelles sont les valeurs que tu prônes ?
J’aime l’amour. Lorsqu’il y a de l’amour, il y a de la paix. Aussi, je suis très obéissant.

As-tu de l’expérience comme président ?
J’ai beaucoup évolué dans le domaine associatif. Dans le camp de réfugiés ou j’ai vécu, j’ai dirigé les réfugiés de 14 pays. Aussi, j’étais dans le conseil d’ élèves du CFM lors de ma première année à l’école.

Quel type de leader es-tu ?
Je n’aime pas la dictature. Nous sommes dans un système démocratique. Je désire travailler en symbiose avec mon équipe et demeurer à l’écoute. Il peut peut-être arriver que je trouve que l’idée n’est pas bonne. Je ne vais pas la rejeter, mais on va le regarder dans une autre perspective.

Quel aspect de ton école préfères-tu ?
J’aime le tempérament de cette école. Il y a beaucoup de solidarité. Je suis content que depuis 2 ans, je n’ai jamais eu de problème avec quelqu’un. Personne ne m’a jamais mal parlé ou grondé.

Au niveau de l’enseignement, j’aime la qualité. Les enseignants m’ont aidé à bien m’exprimer en français (l’une de mes 8 langues parlées).

Qu’aimerais-tu dire aux élèves du Centre de Formation des Maskoutains ?
Voter pour Glossaire, c’est voter pour le changement, la prospérité, l’harmonie. Glossaire, c’est la voix des sans voix !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *