Une vie d’écrivaine

Mis en avant

Kim St-André-Lafrance – Entrevue

Vous connaissez tous le monde de l’écriture, que ce soit par obligation pour un cours de français ou part intérêt d’un roman que vous avez aimé. Ça peut être aussi parce que vous aimez écrire et que vous avez une imagination débordante ou simplement pour vous replacer les idées dans un journal ! La lecture et l’écriture font partie de notre vie continuellement, mais qui connait la vie d’un écrivain…? Vous savez, ce nom que nous retrouvons sur la page couverture d’un roman ou dans le bas de la dernière page d’une histoire ou d’une lettre ! Ce nom est le nom de la personne qui vous a fait rire, pleurer ou même rêver. Dans un roman, vous plongez dans le monde de quelqu’un et aujourd’hui je vous présente l’une de ces personnes!

Son nom est Sonia Alain, elle est connue autant en France qu’au Québec et j’ai l’immense honneur d’être l’un de ses « contacts ». Mieux connue pour ses histoires érotiques tel que Annabel et Max Adultes consentants, elle écrit aussi des histoires fantastiques avec Les gardiens des portes et elle touche aussi au roman historique D’amour et de haine, une véritable plongée dans la tragédie silencieuse qu’est L’empress of Ireland et, récemment, elle a même fait un tour dans l’horreur avec son roman Le petit chaperon rouge, roman qui fait partie des contes interdits.

Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille d’aller visiter:

Pour l’empress of Ireland= https://fr.wikipedia.org/wiki/Empress_of_Ireland

Pour les contes interdits= http://www.revueclairobscur.ca/les-contes-interdits-nouvelle-serie-dhorreur-des-septembre/

Bon, passons maintenant aux réponses que la fabuleuse Sonia m’a données lors de notre entretien via Messenger ?

MOI : Je commencerais avec un ; Bonjour Sonia, pourrais-tu me parler du début de ta carrière ? À quel moment tu t’es dit que l’écriture était ce que tu souhaitais faire dans la vie ?

SONIA : Bon matin! ? Alors voici ma réponse à tes deux questions :

Je m’amusais à écrire des nouvelles adolescentes, rêvant qu’un jour mes histoires seraient retenues par le milieu du cinéma. J’aimais tout particulièrement inventer de nouvelles fins à certains films comme Star Wars par exemple.

Puis, au début de la vingtaine, j’ai délaissé l’écriture de mes nouvelles pour me concentrer sur l’écriture d’articles pour des magazines qui touchaient à mon domaine (soit la petite enfance, car j’étais éducatrice). À ce moment-là, la rédaction de ces articles comblait mon besoin d’écriture.

Puis, vers la fin de la vingtaine, le besoin d’écrire à nouveau des histoires est revenu en force. Dès lors, j’ai commencé à écrire un roman historique (Le masque du gerfaut). Étant donné que l’histoire se déroulait au Moyen Âge, je devais faire beaucoup de recherches pour me documenter, mais ça ne me dérangeait pas, puisque j’adorais ce volet du travail. J’écrivais dès que c’était possible ; à ma pause au travail, le soir chez moi, le week-end. C’était comme un besoin vital. Et plus j’écrivais, plus j’avais le goût d’écrire, avec des idées plein la tête.

Une fois que mon roman fut terminé, je l’ai fait lire à mon entourage. Puis je me suis décidé à l’envoyer à plusieurs maisons d’édition. Vlb éditeur accepta de publier mon manuscrit à la condition que je retravaille certains passages, ce que je fis. Quand mon roman fut enfin publié, j’ignorais encore à ce moment-là que j’en ferais mon métier. Je désirais surtout voir la réaction du public et tenir mon roman entre mes mains. C’était une grande fierté et j’étais comblée.

Après quelques mois, en voyant la réaction du public, j’ai finalement décidé d’écrire un second roman, puis un troisième, et depuis, j’écris sans arrêt…
Entre temps, mes maisons d’édition et des personnes dans le monde littéraire ont commencé à m’approcher pour écrire des romans spécifiques (commande spéciale) et pour participer à des projets particuliers. Dès lors, je me suis mise à écrire à temps plein et quelque part en chemin, j’en suis venue à prendre conscience que c’était là ce que je souhaitais faire de ma vie.

Moi qui pense tout haut: Sachez que pour moi Sonia est un modèle, alors, en réaction à ses généreuses réponses, je n’étais pas très loquace et je ne savais pas quoi lui dire, je ne la remercierai jamais assez pour avoir accepté cet entretien. ?

MOI : Wow !! C’est énorme … Heum bon voilà !! Qui a été, ou est encore à ce jour, ton inspiration ?

SONIA : C’est l’auteure française Anne Golon qui m’a inspirée en premier lieu pour écrire mon roman historique « Le masque du gerfaut ». Adolescente, j’avais écouté l’adaptation cinématographique de ses premiers romans « Angélique, marquise des anges » (et je les écoute toujours avec autant d’intérêt après tout ce temps). J’étais tombée en amour avec ses deux personnages : Angélique et Joffrey. J’avais tellement aimé leur histoire que j’avais acheté la série au complet chez « J’ai Lu », soit 23 tomes.
Lorsque j’ai écrit mon roman « Le masque du gerfaut », j’ai décidé de donner le nom de Joffrey à mon personnage masculin en souvenir de cette magnifique série.
Cette auteure est décédée en 2017 à l’âge respectable de 95 ans. Et jusqu’à la toute fin, elle était présente dans des événements littéraires et poursuivait son rêve d’écriture. Un exemple magnifique et une grande source d’inspiration.

Mon conjoint aussi est une source d’inspiration. C’est un homme merveilleux qui m’inspire beaucoup pour la noblesse d’âme de mes personnages masculins et l’amour inconditionnel que ces hommes portent à leur compagne dans mes romans. Sylvain et moi sommes en couple depuis maintenant 30 ans, et l’amour qui nous lit fait que j’aime autant écrire des histoires d’amour.

Puis, il y a aussi ma passion qui me guide dans mon écriture. J’ai toujours adoré tout ce qui touche à l’histoire et aux mythes, et c’est pourquoi j’aime autant écrire sur ces sujets.

Si vous voulez en connaitre plus sur Anne Golon, je vous invite à aller visiter ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Golon

Moi: Pour ma part, j’espère pouvoir rencontrer Sonia aussi longtemps dans les salons de livre et bien sûr que j’irai voir les œuvres d’une écrivaine qui en a inspiré plusieurs. Sonia vit littéralement l’amour qu’elle décrit dans ses romans, raison de plus qui nous permet de comprendre pourquoi on rêve tellement avec ses histoires !!

MOI : C’est tellement inspirant que ça me donne la larme à l’œil !! Est-ce que tu savais depuis le début que tu voulais cibler des lecteurs de 16 ans et plus (je dis 16 puisque tu es connue comme écrivaine érotique )

SONIA : Oui! Je suis trop intense dans mon écriture pour écrire pour un public plus jeune. Je préfère écrire pour les 16 ans et plus, car ainsi, je peux écrire sans aucune contrainte et aborder les sujets que je désire.

MOI : Génial … Dans tous les romans que tu as écrits, lequel a été ton plus grand défi ?

SONIA : Le Petit Chaperon rouge, car j’étais dans un genre différent de ce que j’écris habituellement. De plus, il s’agissait d’une commande, et il y avait des directives spécifiques à suivre. Sans oublier que je devais m’efforcer de demeurer fidèle, d’une certaine manière, au conte original.

J’avais aussi deux mois pour écrire ce roman, ce qui était très court comme échéancier, car habituellement, je prends 6 mois (ce qui englobe les recherches, l’écriture et le travail sur le manuscrit). Je devais donc écrire rapidement, qui plus est dans un genre que je ne lis pas non plus en temps normal.

C’était donc un défi de taille, mais que j’étais très contente d’avoir relevée.

MOI : Et je t’en félicite je suis fière pour toi …. Est-ce qu’il y a des auteurs/auteures avec qui tu entretiens des relations (amicales, connaissances, etc.) avec qui tu converses et qui te suggèrent des choses… ou inversement ??

SONIA : C’est certain que nous développons des amitiés avec certains auteurs, surtout que nous nous côtoyons tout au long des différents Salons du livre qui ont lieu durant l’année. C’est toujours très agréable de nous revoir et de jaser ensemble.

Au fil du temps, nous développons aussi des amitiés durables avec certains, nous échangeons via Facebook et il arrive même de nous voir en dehors des Salons du livre.

Au début, deux auteures m’avaient donné des conseils pour les premiers tomes de ma série « Les gardiens des portes ». Et aujourd’hui, c’est moi qui apporte mon aide en effectuant un travail d’édition auprès de nouveaux auteurs chez les éditions AdA. Je conseille aussi parfois des jeunes qui ont des projets d’écriture et qui viennent me jaser durant les Salons du livre.

Mais j’aime aussi avoir un regard extérieur sur mes romans. C’est pourquoi je fonctionne avec un petit groupe de bêta-lectrices. Il s’agit de femmes fantastiques qui prennent le temps de lire les chapitres de mon roman au fur et à mesure que je les écris, et qui me donnent leur avis. C’est un premier regard qui est très important pour moi!

MOI : L’histoire des jeunes me rappelle vaguement quelque chose …. Merci d’être là quand on en a besoin (parce que j’imagine que je ne suis pas la seule )…. En dehors de l’écriture et du monde littéraire, as-tu d’autres activités ?

SONIA : J’aime beaucoup lire.  J’adore écouter des films et des séries. J’aime voyager. Et j’aime aussi faire du bricolage.

MOI : Génial !! … Pour ce qui est de tes voyages, j’ai remarqué sur tes photos Facebook que tu visitais les endroits énoncés de tes romans. As-tu parcouru tout ton univers ou pas encore ?

SONIA : J’ai eu la chance d’aller dans plusieurs de ces endroits, mais il m’en reste encore certains à découvrir et j’espère un jour avoir la chance de les visiter.
Disons que j’aime beaucoup voir de mes yeux les lieux où se déroulent mes histoires.

Devant le Colisée de Rome (Publication facebook)

MOI : C’est magique … Et pour finir, quels conseils donnerais-tu aux écrivains qui débutent ?

SONIA : Premièrement, il faut suivre ses rêves et croire en son potentiel. Deuxièmement, lorsque vous remettez un roman, il se doit d’être prêt à être publié, autrement dit, il doit être retravaillé au maximum. Les maisons d’édition reçoivent des centaines de manuscrits par année et choisissent moins de 10% des manuscrits, le vôtre doit donc ressortir du lot et être bien retravaillé. Voici donc quelques points importants à retenir : procurez-vous le logiciel Antidote pour vérifier votre orthographe, pour diminuer le nombre de répétitions de mots, pour diminuer le nombre d’adverbes généraux et le nombre d’adverbes se terminant par « ent » (ex. : amoureusement). Regardez aussi si vous utilisez souvent les mots de liaison comme les « et » et les « mais ». Assurez-vous que toutes les phrases se suivent bien, qu’il n’y ait rien qui accroche à la lecture, qu’il n’y a pas d’incongruité ou d’invraisemblance. Troisièmement, la réponse d’un éditeur peut prendre facilement six mois avant d’arriver. Il est donc conseillé d’envoyer votre manuscrit à plus d’une maison d’édition à la fois pour éviter une attente interminable.

Moi: Pour ce qui est de ses pages couvertures, Sonia à eu la chance de travailler avec le graphiste de la maison d’édition ADA, donc il n’y a pas d’essai/erreur. ?

Et voilà ce qui conclut mon entretient avec la fabuleuse Sonia Alain, je vous conseille fortement de découvrir ses romans, vous ne serez pas déçus…!

 

 

MA PLUS BELLE HISTOIRE… revient en force!!!

Depuis maintenant 16 ans, la Fédération des syndicats de l’enseignement organise annuellement le concours d’écriture Ma plus belle histoire, qui s’adresse aux adultes en formation dans les centres du Québec. Voici ce que tu dois savoir si tu désires participer :

 La date limite pour remettre ton texte est le vendredi 23 novembre 2018

Tu dois remettre ton texte (version électronique) à l’enseignant ou l’enseignante qui t’aide avec ton projet d’écriture!

  • Tu dois remettre ton formulaire d’inscription à ton enseignant.
  • Ton texte doit contenir entre 500 et 1000 mots
  • Tu peux écrire sur le sujet de ton choix (fait vécu, texte de fiction, poème, etc.)
  • Tu peux écrire plusieurs textes

Ce que tu dois écrire à la fin de ton texte

  • Ton nom
  • Commission scolaire de Saint-Hyacinthe
  • Enseignant : le nom de ton enseignant
  • Syndicat de l’enseignement Val-Maska

Les gagnants seront dévoilés lors d’une soirée à la salle La Scène le 16 mai 2019

Laisse aller ta créativité et tu cours la chance de gagner une multitude de prix!

*De plus, pour chaque texte remis, le participant se méritera un billet au cinéma! *

 

 

Reconstruire l’histoire avec des voix synthétisées?

Mis en avant

Reconstruire l’histoire avec des voix synthétisées?

Par: Dominik Lagacé

Avec les avancements technologiques de ces dernières années, il nous est maintenant possible de faire des choses incroyables! Écran plat flexible, machinerie industrielle automatisée, exploration spatiale et intelligence artificielle sont désormais notre quotidien. Aujourd’hui, un tournant pouvant apporter une nouvelle vision historique est né…

Pour souligner la troisième et dernière saison de Versailles, une série télévisée française créée par Canal+, l’agence publicitaire BETC réveille le Roi-Soleil. Les gens de Voxygen, spécialisé dans la reconstitution de voix synthétisée, ont pu reconstituer celle de Louis XIV. D’après les informations récoltées sur un journal européen nommé Infopresse et des quelques entrevues expliquant la méthode utilisée, on peut constater que des historiens et scientifiques ont participé à sa naissance, notamment en utilisant son Carnet de santé. Des informations telles que sa taille, sa mâchoire, sa dentition et ses opérations médicales ont permis de calculer la longueur de ses cordes vocales. Plusieurs autres étapes ont été faites par la suite afin d’obtenir une voix fidèle à l’originale, dans la mesure du possible. Il est possible de lui poser des dizaines de questions puisqu’il possède une mémoire avec des réponses préétablies et véridiques. Elles seraient cohérentes avec sa personnalité et sa façon de penser. Cette voix est disposée dans un Ipad prévu à cet effet. Ce cher Louis a même droit à un support en marbre noir et or. Comme quoi ce roi aura toujours vécu dans le luxe même 300 ans après son trépas!

Actuellement je ne sais pas s’il est possible de télécharger une copie telle une application mobile.

Étant un passionné infini d’histoire, je trouve que cette reconstitution est incroyable! Je crois que cela pourrait être une toute nouvelle façon d’enseigner l’histoire à des étudiants ou à d’autres gens. Les cours, maintenant axés sur la lecture et la recherche d’information, pourront devenir plus directs et concrets puisque l’information sortirait de la bouche, ou plutôt du hautparleur du personnage historique concerné. Évidement, il faudrait que l’information intégrée soit effectuée par des gens qualifiés dans le domaine historique. Il serait peut-être plus facile de visualiser le passé et les événements qui ont façonné le monde aujourd’hui. Nous pourrions entendre des témoignages des justifications d’actes et pourquoi pas même comprendre les circonstances de certains d’entre eux. Certes, la technologie ne se dirige pas toujours dans la bonne direction, mais je crois que ce projet est l’un des plus magnifiques et qui mériterait d’être poussé plus loin.

‘’ Lien d’une vidéo d’interview avec un chaine historique

https://www.youtube.com/watch?v=2tzPgX9YrhU

 

L’écriture, d’hier à aujourd’hui!

Mis en avant

L’écriture d’hier à aujourd’hui

Par: Dominik Lagacé

Nous n’y pensons peut-être pas, mais l’un de nos moyens de conversation et de partage est maintenant âgé d’environ six mille ans. Prenant différentes formes au cours de l’évolution humaine et technologique, l’écriture a finalement terminé sa course sous le format que nous connaissons actuellement. Dans ce nouvel article touchant à nouveau un domaine plus historique, j’aimerais vous expliquer son cheminement.

On constate avec les recherches que l’humain a tenté de vouloir partager son savoir ou des contes avant même que l’écriture devienne envisageable. Durant la préhistoire, ils utilisaient des couleurs pour peindre dans leur grotte. Indirectement, ils établissent déjà un brouillon de cette future invention.

Les grottes préhistoriques en Dordogne (source : Google image)

La naissance de l’écriture se produit vers -3500 ans avant notre ère en Mésopotamie dans le croissant fertile (partie de l’Irak actuel). C’est également là où se trouve une grande partie des civilisations humaines, concept attribuable à son emplacement géographique idéal. Plusieurs facteurs ont conduit à l’accouchement de ce nouveau système de conversation et l’arrivée de celui-ci mit fin à cette période pour engendrer l’Antiquité. Il serait complexe d’entrer dans les détails du pourquoi et du comment, car l’histoire est une science inexacte. En gros, avec l’agrandissement des villes et des chocs culturels que cela aura pu produire, il devenait difficile pour les habitants d’établir un inventaire de leurs possessions, principalement au niveau de leur bétail, leur récolte et leur terrain. Les gens du sud de la Mésopotamie commencèrent donc à utiliser un calame (une tige de roseau taillé en triangle) pour dessiner des formes sur de l’argile, une ressource commune dans la région. Surface humide, il est possible d’y graver ce qu’ils voulaient. Une fois séchée, elle permet de garder les informations inscrites. Elle évolua ensuite sous différentes facettes, toujours plus précises les unes que les autres.

« Elle a commencé par des dessins appelés pictogrammes, représentant des objets, des parties du corps, des plantes, des animaux, des personnes… »

 

Tablette évoquant l’attribution de la bière (découverte en Mésopotamie (Source : Google Image)

« Ensuite vient l’écriture cunéiforme est formée de la combinaison de 5 sortes de « coins ». Dans cette écriture, la forme des lettres est due aux matériaux utilisés. En effet, on écrivait sur une tablette en argile avec des roseaux taillés. »

« Par la suite, les idéogrammes commencent à exprimer des idées. Par exemple, les Égyptiens se servaient les hiéroglyphes. »

Hiéroglyphes égyptiens sur une tablette en pierre. (Source : Google Image)

Plus ou moins durant cette même période et selon les régions, les méthodes ont évolué. Certaines convoitaient l’argile, d’autres la roche. La soie et le bambou furent aussi des matériaux exploités. Cela dit, le plus significatif et le plus familier à nos yeux reste l’utilisation du papyrus (un prototype de papier tissé avec des herbes bien précises inventé vers -3100 par les Égyptiens.)

Tout ceci s’est perfectionné avec le temps jusqu’à ce que nous connaissions aujourd’hui. Je crois que cela est l’un des plus beaux héritages des milliers d’hommes ayant vécu avant nous.

 

Lettre anonyme à toi, maman…

Ma mère

Ce texte risque d’être de nature un peu plus personnelle, mais je voulais à tout prix le faire et vous partagez mes sentiments des derniers jours.

Je m’explique, j’ai toujours critiqué sévèrement ma mère, car elle est quand même assez spéciale et les critiques de mon père n’aidaient pas non plus. J’ai toujours su qu’elle avait un trouble de personnalité limite (Bordeline), mais je n’ai jamais vraiment cherché à savoir ce que c’était jusqu’à récemment. Avec des amies on parlait des troubles mentaux et je leurs ai fait part de celui de ma mère et elles ne savaient pas non plus ce que c’était. Du coup, on a décidé de faire des recherches et on a pu voir les symptômes et nous avons appris que qu’il y avait plusieurs symptômes. En voici quelque uns:

-Dépression

-Colère facile

-Mutilation

-Tentative de suicide

Et plus encore…

Je ne prenais pas vraiment conscience jusqu’à aujourd’hui de l’ampleur de la maladie de ma mère et je trouvais toujours qu’elle exagérait pour rien, qu’elle en rajoutait pour se rendre intéressante et que souvent elle se foutait de nos gueules. On s’est même souvent disputé elle et moi et parfois pour un rien. Quand j’ai fait mes recherches pour savoir ce que c’était, je me suis sentie extrêmement coupable de l’avoir critiquée sans comprendre. Parce que oui je l’ai toujours aimé, mais mes pensées n’étaient pas toujours gentilles envers elle et pour ça, je m’en veux parce que si je ne l’avais pas su aujourd’hui et qu’elle était décédée, je n’aurais jamais pu la comprendre ou même faire d’efforts pour remarquer ce qui se passait avec elle.

Moi, j’ai la chance de changer les choses avec ma mère pour les autres. Si vous entendez parler d’une maladie quelconque, avant de juger sans connaitre, allez faire des recherches et ne faites pas la même erreur que moi.

Et encore aujourd’hui, je me rends compte à quel point elle peut être forte à s’occuper de mon petit frère et de ma petite sœur, à gérer ses problèmes financiers et tout un tas d’autres trucs en plus de sa maladie qui la hante depuis longtemps.

Maman je suis désolé.

 

Je t’aime!

Le seigneur des anneaux versus Harry Potter!

Mis en avant

Comparaison de deux œuvres qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre !

Kim St-André Lafrance

Dernièrement, j’ai été faire un tour sur internet et je suis tombée sur un article qui comparait des ‘’similitudes’’ entre Harry Potter et le seigneur des anneaux, j’ai décidé d’écrire cet article pour détruire ce que les gens prennent pour des similitudes entre ces deux films cultes. Alors, commençons par le premier point !

Continuer la lecture

Septembre 1997

Mis en avant

Septembre 1997

Dominik Lagacé

Septembre 1997, c’est le moment où j’ai vu le jour.  Un enfant d’à peine 24 semaines, entre la vie et la mort. Alors qu’une hémorragie cérébrale m’attaquait, j’étais le sujet de toute l’attention des médecins. C’est armé de ma petite âme que j’ai affronté ce premier défi à bras-le-corps… avec succès, mais pas sans séquelle.

Continuer la lecture

Pourquoi nos jeunes sont influencés par nos vedettes?

Pourquoi nos jeunes sont influencés par nos vedettes?

Céléna Miville

On s’est tous déjà trémoussé sur le dernier « tube » de nos vedettes préférées, en disant « écoute, ça, c’est de la musique ». On a tous regardé un film 74 fois juste parce que l’acteur (l’actrice) nous fascinait et en se justifiant avec une phrase imparable : « ce n’est pas l’histoire qui compte, c’est l’émotion ». Nos idoles nous font vivre ces émotions et nous les adorons pour ça…

Continuer la lecture

Elles

Mis en avant

Elles

Catherine Bourgouin-Bélanger

Si je ne peux pas agir, je vais au moins écrire pour ces personnes qui sont nombreuses, mais inaperçues, cachées derrière l’immense souffrance qu’elles peuvent endurer sans que nous nous en apercevions. J’aimerais leur offrir mes pensées et mes sentiments afin de les soutenir.

Continuer la lecture