Comment l’Ordre du Temple a-t-il causé sa propre perte?

Mis en avant

Source : Les Histovores (Chaîne Youtube

 

Comment l’Ordre du Temple a-t-il causé sa propre perte?

 

En 1314 à Paris la population française assiste au procès du 23ème et dernier grand maître de l’ordre des Templier, Jaques de Mollay. Devant le vieil homme, se trouve le roi Philippe IV le Bel ravi de voir son opposant réduit en cendre. Depuis la disparition de l’Ordre du Templier, les templiers font germer mythes et légendes. Mais qui étaient les templiers, et que savons-nous sur L’ordre du temple? C’est ce que nous allons découvrir dans le présent article

 

Afin de comprendre pourquoi cet ordre est né, il nous faut retourner dans le temps, jusqu’en l’an 1095 lors de la première croisade. Pour faire simple, celle-ci se vu lancée par le pape Urbain II, car le pèlerinage vers Jérusalem était devenu dangereux. Opposant les croisés ainsi que leur allié au sultanat de Roum, elle se conclu en 1099 par la reprise de Jérusalem par les croisés. Avec la fin de la première croisade, ce que l’on appelle les « États latins ou « franc », des parcelles de terre gouvernée par des chefs d’Occidents, furent créés, dont, le Royaume de Jérusalem.  Cependant, les routes étaient toujours dangereuses malgré la victoire chrétienne. C’est alors qu’un groupe de chevaliers, mené par un certain Hugue de Payn, demanda au Roi de Jérusalem de créer un groupe armé afin de protéger les pèlerins ainsi que le tombeau du Christ, lieu ecclésiastique d’une importance capitale.

Le groupe pris d’abord le nom de Les Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon, Chevaliers du Christ, vous avez compris pourquoi et Temple de Salomon fut ajouté, car ces chevaliers furent hébergés dans le Temple de Salomon, une partie du palais du roi de Jérusalem. C’est d’ailleurs pour cela que l’ordre changera de nom pour L’ordre du temple, que l’on connait aujourd’hui sous le nom de Templiers.

 

Les principaux fondateurs se rendirent en Europe, en 1127 afin de faire reconnaitre l’ordre par l’Église. En 1129, durant le Concile de Troyes, l’ordre est officiellement né. Il adopta alors la règle de saint benoit qui repose sur trois fondements principaux: la pauvreté, la chasteté et d’obéissance. Je vous conseille de mémoriser ces trois préceptes, car nous y reviendrons.

 

Petite parenthèse historique, malgré la reconnaissance de l’ordre, il faudra attendre jusqu’en 1147 pour que la croix de patté, symbole associé indéfiniment aux Templiers soit reconnu par le pape Eugène III.

 

Croix de patté

En tant qu’ordre religieux, les Templiers ont obtenu de nombreuses demeures monastiques et militaires que l’on appel des commanderies. Ces commanderies étaient une grande source de revenue grâce aux dons matériels de toute sorte, à des taxes qu’ils percevaient, mais aussi aux dons offerts qu’ils pouvaient obtenir. De plus, ces demeures étaient souvent composées de ferme, en plus des logis et monastères habituels. Cela est sans parler des richesses amassées lors des pillages qu’ils pouvaient faire durant les conflits en Orient, mais également en Espagne.

 

C’est également à Jérusalem que l’on retrouve le trésor de l’ordre, la Huche. Celui-ci contient tous les revenus monétaires de chaque commanderie, mais également d’autres choses dont des archives. Finalement, les templiers se faisaient de l’argent avec la lettre de change. Pour faire simple : Un pèlerin donnait une somme à une commanderie, celle-ci lui fournissait alors un document qui lui assurait un voyage sans surprise, ce qui est déjà plus agréable. Une fois arrivé en Terre sainte, l’échange inverse était effectué avec des intérêts. Et si le pèlerin ne se présentait jamais et bien, il gardait l’argent pour eux. Vous l’aurez donc compris, les Templiers avaient accumulé énormément d’argent et étaient devenu très riche.

Pour vous donner une idée plus explicitée, lors de la deuxième croisade, les Templiers donnèrent un prêt au roi de France afin qu’il puisse participer à celle-ci. En plus d’obtenir la garde du trésor royale de France et celui d’Angleterre, un peu plus tard.

 

Lorsque Saint-Jean-D’acre en 1291, fut prise par les Mamelouk, une milice au service des souverains musulmans, l’ordre des Templiers perdit la principalement raison de son fondement. Puisque que la Terre Sainte qu’il avait juré de protéger avait été perdu, l’utilité initiale des templiers, dans la protection des pèlerins chrétien, n’était plus.  Les Templiers se retire donc de Chypre et retournèrent en France pour s’occuper des commanderies déjà installées. En plus d’avoir une grande richesse, l’ordre du Temple avait accumulé une force militaire équivalente à 15 000 hommes incluent 1500 chevaliers durement entrainés.

Les Templiers, qui étaient devenu alors très influant et puissant, inquiétèrent le roi de France. Philippe « Le Bel » IV, était un être assoiffé de pouvoir et qui s’opposait fortement à la papauté, car celle-ci affirma que son pouvoir était bien supérieur à celui de la royauté. Voyant donc l’ordre du Temple comme une menace religieuse et une barrière à son pouvoir royal, Le roi de France décida de l’écarté.

 

Il tenta de faire disparaitre l’ordre une première fois, mais ne put le faire par manque de preuve contre ce dernier. Mais en 1305, un certain Esquieu de Floyran, ancien membre des Templiers maintenant renégat, lui avoua des dires à propos des pratiques sexuelles obscènes et de reniment de la foi au sein de l’ordre. L’ordre du Temple aurait donc brisé les trois principes fondamentaux de la règle de saint benoit dont je vous ai parlé plus tôt.

Pour rappel, l’ordre avait fait fortune avec le temps et donc bafouait la règle de pauvreté. Les aveux d’un ancien membre sur les pratiques sodomites et sur le reniment du Christ venait donc de « démontrer » qu’ils avaient brisé également la règle de chasteté et de l’obéissance religieuse. Philippe IV, très pieux, fut enchanté par ces aveux, car il justifiait maintenant une arrestation. Il envoya alors une lettre au pape Clément V, successeur de Boniface VIII et de Benoit XI. De son côté, le grand maître des Templiers, Jaques de Mollay, également au courant de ces rumeurs, écrivit au pape pour lui demander une enquête pontificale et l’obtenue en 1307.

Cependant, le roi de France ne put attendre et accusa la même année l’ordre des Templier d’hérésie, de simonies, de pratique sexuel homosexuel et d’idolâtrie. Le 14 septembre 1307, il donna l’ordre d’une arrestation massive des Templiers pour le 13 octobre 1307. Aux premières lumières de ce jour, Guillaume de Nogaret, un juriste, ainsi que des hommes d’armes entre dans le Temple de Paris, demeure de Jaques de Mollay et de bien d’autre templier. Ceux-ci se rendirent sans problème à la vue de l’ordonnance royale.

 

Le procès des Templiers commença par des séances de tortures sur les 138 arrêtés par le confesseur de le Bel et grand inquisiteur de France, Guillaume de Paris. Lors de ces interrogatoires, 38 mourut. Nombreux avouèrent sur la torture les allégations contre eux, mais certains résisterons jusqu’à leur mort. De son côté le pape Clément V tenta de protéger l’ordre, mais en vain. Il envoya toute fois deux cardinal pour entendre les témoignages à Chinon.

Dès le 12 novembre 1309, 15 Templiers sur 16 clamèrent leur innocence. C’est alors que le roi de France, lasser de cette enquête qui piétine, nomma un archevêque qui lui était dévoué, Philippe de Marigny. Le 12 mai 1310, 54 Templiers fut envoyé au buché pour leur « aveux » de 1307.  C’est en 1311 que commence le concile de Vienne, ayant divers buts dont, statuer le sort de l’ordre. D’ailleurs, 7 templiers se présentèrent lors de cette rencontre.

Phillipe de bel, s’y présenta également, afin de faire pression sur le pape Clément V. Ce qui fonctionna. L’ordre vu dissoute en 1312. Le pape affirma alors que les biens de l’ordre du Temple seraient redistribués à des ordres cadettes comme les Hospitaliers. Quant aux partisans, ceux ayant avoués ou ayant été innocentés pouvaient aller vivre dans une maison d’ordre. Quant à ceux ayant niés ou s’étant rétractés étaient puni par la prison ou la mort.

Lors d’une intime commission pontificale en 1313, les 4 dignitaires de l’Ordre dont Jacques de Molay, maître de l’ordre du Temple et Geoffroy de Charnay, précepteur de Normandie, affirmèrent leurs méfaits. Mais en 1314 lorsqu’ils apprirent qu’ils étaient condamnés à la prison à vie, de Molay et de Charnay clamèrent leur innocence. Ils furent donc condamnés au bucher sur l’île des Juifs le 18 mars 1314. C’est ainsi que L’ordre des Templiers et son dernier Grand maitre disparu.

Auteur : Dominik Lagacé

Étudiant en Sciences-Humaines

Propriétaire de la chaîne YouTube : Les Histovores

 

 

BIBLIOGRAPHIE

HISTOIRE DU MONDE « Templiers (ordre des) ». Histoiredumonde.net. 8 janvier 2011. Les Templiers – Histoire du Monde

SECRETS ET HISTOIRE « Les Templiers – Grande affaire que celle des Templiers…- ». Secrets-Histoire.com. (s.d)  Les Templiers – Secrets & Histoire (secrets-histoire.com)

WIKIPÉDIA « Ordre du Temple ». Wikipédia. 4 aout 2021. Ordre du Temple — Wikipédia (wikipedia.org)