La sainte nuit

La sainte nuit

Photo de Ludo Vorse.

La vie de jour est si horrible pour un être comme moi, la lumière me fait mal.

Je sens que tout le monde me juge, mais je n’ai pas l’impression d’être anormal.

La lumière du jour me détruit doucement, je me demande ce qui est normal.

À l’aube, j’ai peur de croiser la moindre personne, je voudrais me cacher.

Cependant, je n’ai nulle part où aller, je suis complètement désarmé.

La terreur s’empare de moi quand le soleil se lève, je suis désemparé.

J’aimerais tant rester à l’abri dans l’obscurité pour me camoufler.

Au crépuscule, je me sens plus paisible, le calme reprend ses droits.

La sérénité règne enfin, les alentours deviennent silencieux, du moins, je crois.

Je me sens si imposant, je me sens libre de penser, ce soir, je me sens comme un roi.

Je ne dois pas perdre d’esprit qui je suis, un être qui doit chasser ma proie.

La nuit enfin, j’adore ce temps de la journée où le silence domine sur toute la ville. Il n’y a personne à l’extérieur, les rues sont vides et calmes, c’est comme cela que je les adore. La faible luminosité, les routes très sombres, cela me camoufle dans ma sombre tenue, je deviens aussi noir que les ombres. Dans cette ville plongée dans le brouillard tombe doucement un voile de mystère qui plane dans les ténèbres.

Je me promène dans ces passages ténébreux, les faibles lumières illuminent mes yeux d’un rouge sang, dans mon coin obscur, je veille à ne pas me faire voir, je reste dans le noir.

Si seulement les gens comprennent ce qu’ils font dans leur quotidien, c’est extrêmement triste, car ils causent leur propre asphyxie. Les personnes agissent en véritables moutons et luttent activement de manière agressive contre tout ce qui est hétérodoxe. Est-ce que je suis une hétérodoxie pour ces amateurs d’orthodoxie ?

Heureusement que, la nuit, je suis avec mon compagnon de route le plus fidèle qui est prêt à tout pour me suivre, même à voyager à travers les galaxies. Mon fidèle renard, je me souviens du jour où je t’ai trouvé, tu semblais si faible, j’ai pris soin de toi, depuis ce temps, tu me suis partout où je vais, tu es adorable, mon petit Foxy.

Tu sais tout comme moi que, le jour, le monde est cruel, ils ont tué tes parents, mon petit Foxy, tout comme moi, tu as vécu quelque temps seul, livré à toi-même. Des hommes ont tué ma femme et ma fille devant moi sans que je puisse rien faire, puis ils m’ont tabassé pour me laisser pour mort. Depuis ce jour, je crains la lumière du soleil. Mon fidèle renard, tu es le seul qui me comprend, mon précieux Foxy.

Quand la nuit tombe, je me libère de mes peurs, je me déplace pour me trouver un nouvel endroit où vivre et j’espère trouver l’endroit idéal pour rester en place une bonne fois pour toutes loin des gens qui se disent humains. Cette nuit me borde de paix.

Moi et mon fidèle renard marchons dans les rues de la ville en quête d’un lieu confortable pour y rester cachés pour la journée. La nuit est si paisible, si douce et si chaleureuse pour deux êtres en recherche de solitude. Je me fatigue rapidement, on trouve un petit lot de terre abandonné pour nous y installer.

Nous commençons à creuser pour fabriquer notre abri de fortune. Soudainement, j’entends une voix au loin : ‘’Aidez-moi, je vous en prie, venez à mon secours!’’ On dirait la voix d’une jeune femme. Je me dirige vers la voix pour voir ce qui se passe. Je vois bel et bien une jeune femme sur le point de se faire attaquer. Je dis à mon compagnon de continuer de faire l’abri et de rester caché jusqu’à mon retour, ce qu’il fait. Je cours vers la pauvre jeune femme, j’arrive au bon moment pour la sauver, l’agresseur fuit devant ma présence. Je me dirige doucement vers la jeune femme qui semble encore terrifiée, je lui demande qui elle est avec une voix douce presque chaleureuse. Elle me dit qu’elle s’appelle Serana, magnifique nom, je trouve. Elle aussi est habillée en noir et d’un style qui m’est étrangement familier. Je l’invite à me suivre, ce qu’elle fait jusqu’à l’abri que mon renard a fait, nous l’agrandissons pour y accueillir deux personnes et un renard sans être trop collés. Foxy la regarde avec méfiance, mais va vers elle comme pour lui demander qui elle est ! Elle prend peur. Je la rassure en lui disant que Foxy n’est pas méchant, il veut juste s’assurer que tout va bien, il est comme moi, très méfiant. Pour finir, la lumière du jour, tu ne pourras plus jamais la regarder sans craindre le pire. Bienvenue dans mon monde, mademoiselle Serana, le seul univers où la nuit est bienveillante et le jour, un enfer. J’imagine qu’elle s’en doutait déjà, que la nuit est bien meilleure que le jour.

–        Merci de m’avoir sauvée de cet homme et votre accoutrement m’est étrangement familier. Mais qui êtes-vous ?

La peur m’envahit l’espace d’un moment, car je pensais la même chose à son sujet.

–        Je m’appelle Ludo Vorse, ce n’est rien, Serana. J’allais dire la même chose à votre sujet.

–       J’ai fait mes propres vêtements et je me rends compte que vous avez le même style que moi.

–       Pareil pour moi, mais ce sont maintenant des vestiges d’une vie plus heureuse.

Je penche la tête avec un air désespéré. Foxy marche vers moi,  il frotte sa tête contre mon visage comme pour me dire que tout va bien, qu’il est avec moi et qu’il m’aime.

–       Foxy semble si affectueux envers vous, Monsieur Ludo, comment cela se fait-il ?

–       Je l’ai sauvé d’une mort certaine il y a quelques années. Depuis ce temps, il me suit là où je vais.

–       Il est mignon. Merci pour tout, et j’aimerais me joindre à vous je me sentirais moins seule et plus en sécurité.

–       Serana, tu es la bienvenue parmi nous.

–       Merci, mes amis!

Serana pleure de joie devant des gens qui la connaissent peu mais l’acceptent sans la juger.

Je murmure doucement avec une voix plutôt grave et rauque :

Je comprends sa peur du jugement, j’ai aussi l’impression qu’on me juge.

Je fuis cette cruelle manie des gens, ils sont omnijuges.

Ils veulent éliminer ce qui est différent, ils feront une sorte de purge.

La crainte constante me rend malade, me rend méfiant, ça me gruge.

Depuis ce jour, Sérana suivit Ludo Vorse de la même façon que Foxy le fait depuis des mois. Ils se déplacent sans cesse chaque nuit pour trouver un nouvel abri loin de tous et vivre en harmonie avec la nature dans la montagne La gorge du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *