Métamorphose

Megane Lemay – critique.

Métamorphose

Photo de Megane Lemay.

Avec une série fantastique de 5 tomes, l’auteure de la pentalogie Métamorphose, Ericka Duflo, monte rapidement en popularité. Cette française, née au Guadeloupe, a toujours été fascinée par la mythologie et en 2013, elle commence l’écriture du premier roman de la série: Exode.

Après la mort de sa mère, Senna, l’héroïne de ce bouquin, n’est plus la même. Elle se rebelle et se met en couple avec un garçon qu’elle n’aime même pas seulement pour se changer les idées. Suite à une exclusion temporaire de son école et à de nombreux échecs scolaires, le père de la jeune fille décide de l’envoyer dans un pensionnat… en Alaska! Heureusement pour elle, elle se fait rapidement des amis, dont sa camarade de chambre, Jessie. Par contre, des choses étranges se passent dans cette école: des apparitions de fantômes, la disparition d’une élève en forêt, le comportement de la directrice, que l’on peut qualifier de «trop» gentille, et ce mystérieux garçon très populaire auprès des filles, Ian, qui ne cesse de la fixer. Lorsque du jour au lendemain Ian passe de l’adolescent sombre, ténébreux et flippant, au garçon sympathique qui se rapproche de Senna, cette dernière découvre des secrets sur son existence qu’elle croyait impossibles dans la vraie vie.

Les histoires de la mythologie grecque peuvent-elles être réelles?

Ce roman aborde plusieurs thèmes comme la métamorphose, comme l’indique le titre du livre, les créatures fantastiques, surtout de la mythologie grecque, et un certain amour impossible, tel que Roméo et Juliette, mais en version surnaturelle. Bien qu’il y ait quelques clichés, j’ai trouvé le roman excellent! Quand je dis cliché, je parle de ces types d’histoires, ces thèmes, que l’on voit partout, qu’on peut qualifier de « pas très original »! Que ce soit du Seigneur des Anneaux ou de Star Wars, chaque histoire a ses petits détails qui diffèrent et qui offrent une certaine unicité. Dans Métamorphose, il y a le fait que la mère du personnage principal est morte récemment, il y a aussi l’ado sage qui devient rebelle suite à un traumatisme, un amour impossible…  On voit partout ce genre de situation dans les romans populaires auprès des jeunes. C’est pratiquement le même topo pour ce qui est de Twilight, ou même Harry Potter, qui lui est orphelin et n’a pas de parent. Senna doit vivre avec un deuil et l’amour viendra combler un manque affectif. Classique!

De plus, le lieu commun de la belle et populaire fille qui pourrit la vie du personnage principal et qui est jalouse de la relation avec le gars le plus beau et mystérieux de l’école, le mystérieux bad boy, se retrouve encore ici dans cette histoire. C’est du «déjà vu», mais on oublie vite ce moule préfabriqué, parce que grâce à toutes les explications sur les créatures de l’ombre et les petits détails sur la vie à cette école et sur les personnages, on peut facilement se dire que cette histoire est spéciale, différente, unique. Il y a aussi un petit détail dans le livre qui a attiré mon attention: l’histoire se passe en Alaska! Pourquoi en Alaska? Selon moi, c’est parce que c’est très éloigné de tout et donc les bizarreries passent «inaperçues».  Personne ne passe par cette petite ville dans cet état américain… à l’autre bout du monde.

Ce roman comporte 26 chapitres et des dialogues nombreux et efficaces. Il nous en apprend davantage sur la mythologie grecque dans laquelle on peut trouver Poséidon et Zeus, par exemple, et sur d’autres créatures qui la constituent.

De plus, Senna, qui est la personnage principal, nous invite dans sa tête grâce à une narration interne ponctuée de monologues, ce qui nous relie à elle et à ce qu’elle ressent. Les valeurs sur les amis et la famille, principalement, sont très bien exprimées et décrites par son engagement envers les siens, mais surtout envers son père. Ce sont aussi des valeurs qui me sont chères, alors je pouvais aisément m’identifier au personnage. 

Puisque ce roman s’adresse essentiellement aux filles de 15 à 24 ans, il est donc normal que je l’ai adoré. Les histoires d’amours sont toujours bien appréciées des jeunes adultes et c’est pour cette raison que ce livre a rapidement été vendu en millions d’exemplaires.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *