Cultures plurielles: Gulistan Mohammed

Portrait de Gulistan Mohammed

Par Gabrielle Dubé-Jodoin et Mathieu Laperle

Pour notre série Cultures plurielles, nous avons le bonheur de vous présenter Gulistan Mohammed, Syrienne d’origine et maintenant Québécoise depuis les deux dernières années!

Arrivée ici le 21 juillet 2016, elle a d’abord passé trois ans en Turquie, à Mardin, et elle est arrivée directement pour s’établir à St-Hyacinthe. C’est un ami qui habitait ici qui lui a dit de venir au Québec parce que c’est un endroit calme et paisible.

Nous lui avons aussi demandé s’il y avait la guerre en Syrie et si c’était pour cette raison qu’elle et son mari étaient partis : elle m’a dit que oui et qu’autant le peuple kurdes que le peuple arabe étaient en danger. Cela dit, pour elle, le choix a été déchirant, même une fois  arrivée en Turquie, elle voulait retourner en Syrie, à Damas, une fois que le calme serait revenu. Malheureusement, les violences se sont accentuées et ils ont fermé la frontière.

C’est donc après trois années à vouloir quitter la Turquie qu’ils sont venus ici pour sauver leur vie et s’offrir une chance de repartir à zéro!

Une fois arrivés, il y a eu, bien entendu, le défi de la langue. Il fallait apprendre le français du tout début. Il fallait s’adapter aussi à la température qui est très différente. Heureusement, ils ont a eu de l’aide d’une famille d’accueil qui a aussi aidé d’autres membres de la famille de Gulistan. Cette famille, qui a été jumelée au couple, a été mise en contact avec les nouveaux arrivants par La Maison de la Famille. Notre invitée avait aussi ce message pour ce couple de St-Hyacinthe qui a grandement aidé à leur intégration: «Hélène et Serge, vous m’avez donné la tendresse que j’ai perdue et je ne saurais jamais comment vous remercier assez!!!»

Nous lui avons aussi demandé ce qu’elle appréciait du Québec et elle a répondu qu’elle aimait les services offerts comme les soins de santé et les divers organismes qui soutiennent les immigrants. Elle a aussi ajouté qu’elle aimait les Québécois pour leur énergie et leur vigueur et elle semblait beaucoup apprécier la diversité en ce qui concerne la nourriture. Pour ce qui est du CFM, elle nous a confié qu’elle s’y sentait très bien.

Gulistan veut éventuellement devenir infirmière et continuer d’élever, avec son mari, son petit garçon Zakaria dans la paix de sa nouvelle maison : le Québec!

Le journal L’Agora souhaite tout le bonheur du monde à Gulistan et à sa famille!

Bienvenus chez vous!!!

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *