Retourner, ou pas, sa terre au printemps?

Retourner, ou pas, sa terre au printemps?

Résultats de recherche d'images pour « jardinage »

Par notre nouvelle collaboratrice, Catherine Forcier

 

Saviez-vous que les horticulteurs, jardiniers et maraîchers sont déjà au printemps? Effectivement, c’est pour bien préparer cette saison que tout le monde a hâte de retrouver. Parce que, sérieusement, qui n’est pas tannée de la neige et du froid rendu en cette période de l’hiver? Personnellement, j’en ai marre depuis novembre. Donc voilà ce dont je vais vous parler: retourner sa terre avec le motoculteur ou pas? C’est un sujet dont on entend de plus en plus parler depuis quelques années.

On a vu nos grands-parents et parents retourner la terre de leur potager avant de planter les plants de tomates et de concombres. Après quelques analyses et expériences d’expert plus expérimentés que moi, on a vu que retourner la terre avec le motoculteur compactait le sol, là où les larmes du motoculteur ne se rendaient pas.  En prime, le sol devient une croûte dure sur la surface dès qu’il est mouillé et empêche l’eau et l’air de pénétrer dans le sol, comme il se devrait. Les racines ont besoin d’air dans le sol pour respirer et d’eau pour maintenir cette plante en vie. Bref, les besoins d’une plante sont les mêmes que l’humain, à quelques différences près.

En deuxième raison, il y a la vie du sol, parce que oui le sol est vivant!  Et pourquoi pour implanter une culture il faut absolument bêcher la terre alors que naturellement les plantes y poussent sans aucun problème?  Quand on retourne la terre, on détruit un habitat, un milieu de vie qui est essentiel à la décomposition des matières organiques, et sans lui, l’habitait, cette terre sera moins fertile. La vie qui est là forme une structure où chacun à un rôle à jouer. Et quand on le détruit, ces petits champignons et bactéries doivent reconstruire leur environnement et ne peuvent plus décomposer l’humus qui un est élément nutritif pour les plantes.  Ce n’est pas du tout un jardinage écologique. Parfois vaut mieux laisser la nature faire d’elle-même le travail tout en l’aidant avec de petits gestes. Comme on dit «Paris ne s’est pas fait en un jour».

 

Voilà pourquoi C.F. Horticultrice ne recommande pas cette technique :

  • Un motoculteur coûte cher
  • Ça blesse le dos
  • C’est épuisant physiquement en période chaude
  • On a mieux à faire que bêcher dans sa vie
  • Dès qu’il pleut, ça durcit
  • C’est à refaire chaque année
  • C’est une perte de temps
  • Ça détruit la vie du sol
  • Ça compacte le sol en profondeur hypocritement

 

Voici quelques conseils

  • C’est mieux aérer le sol avec une grelinette, une fourche dont le Jardinier-Maraicher utilise dans son jardin.
  • Faire des planches surélevées et toujours piéter aux mêmes endroits
  • Apporter des matières organiques aux sols à la place de rajouter des engrais aux plantes.
  • Rajouter du compost de type Biofort de Fafard qui aide à détruire les mottes de glaise naturellement et qui rajoute du compost au sol.
  • Mieux rajouter du compost régulièrement et laisser la vie du sol faire le travail qui justement fera le travail du motoculteur.

Mais, on bêche uniquement la terre pour une nouvelle aire de terrain qu’on va cultiver.

Alors, voilà ceci est un premier article de C.F. Horticultrice.

Au plaisir d’avoir vos commentaires !

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *