Le purgatoire de la félicité

Mis en avant

Le purgatoire de la félicité

Par: Léonie Adams

Prologue

New Hampshire, 1967

Isaac était un vieil homme. En fait, il n’était pas si vieux, c’était le temps passé dehors qui l’avait fait vieillir avant son temps. Itinérant depuis la grande noirceur de 1930, Isaac avait perdu tout ce qu’il possédait, même le cancer avait emporté sa femme. Au fil des années, il avait développé quelques stratégies afin de survivre aux hivers froids et aux intempéries. Il avait pour habitude de se tenir au coin des rues Manchester et Wilson. Il y avait, à cet endroit, un petit restaurant où les serveuses avaient toujours un café et une pointe de tarte pour lui. Il n’avait rien à part un sac dans lequel il y avait de vieux vêtements, une photo de sa femme et un livre d’Ayn Rand.

Le début d’une aventure

Comme tous les matins, Isaac arrivait à l’aube au coin des rues afin de saluer les gens et leur souhaiter une belle journée. Parfois, les gens répondaient et donnaient même quelques sous. D’autres jours, les gens étaient plus méchants, comme ce jour-là, le jour où trois jeunes décidèrent de lui jeter un café chaud en plein torse. Isaac n’avait aucune malice, mais ce jour l’emporta dans un tourbillon d’émotions mélangeant colère, tristesse et découragement. Il erra quelques heures dans les rues en maudissant la nouvelle génération ingrate. Il décida d’aller jeter un coup d’œil à la nouvelle bibliothèque qui venait d’ouvrir. Plus rien de pourrait lui arriver lorsqu’il serait là-bas.

Arrivé à la bibliothèque, Isaac remarqua l’affiche de bienvenue qui disait: ouvert à ceux qui veulent découvrir un Nouveau Monde. Lorsqu’il entra, la première chose qu’il vit était une petite dame, certainement plus vieille que lui. Il l’a salua, mais n’obtint aucune réponse de sa part. Il lui demanda alors où étaient les romans et elle lui pointa une direction.

Isaac passa de longues minutes à toucher les reliures de livre et il s’arrêta brusquement sur l’un d’entre eux. Il avait la nette impression qu’il émettait d’étranges vibrations. IL le prit et le feuilleta.

Au début, il ne comprenait rien. Le livre ne contenait ni un mot ni même une illustration. Puis, il se sentit emporté par un courant chaud qui brûla sa peau et ses poumons. Par réflexe, Isaac ferma les yeux, il était étouffé par la chaleur. Lorsqu’il les ouvrit de nouveau, il voyait exactement le même monde à la différence que tout était en feu et teinté de rouge. Il voyait très bien qu’il n’était pas dans le même monde, c’était devenu l’enfer au New Hampshire. Les gens erraient dans les rues en criant leurs malheurs et c’est alors qu’il se mit à ressentir toute la douleur des gens.

Dans la tempête

Isaac continua d’avancer dans la ville à la recherche d’un endroit plus calme et sans cris ni feu. Les gens qu’ils voyaient dans la rue, en temps normal si pressé par le temps et insensibles, criaient de douleur et d’autres semblaient morts dans les rues enflammées. Il n’en pouvait plus et, pensant devenir fou, il vit au travers des flammes cette vieille bibliothécaire qui, elle, n’était pas brûlée et ne semblaient pas être atteinte par l’effet des flammes qui l’entouraient. Il hurla à l’aide, mais la dame ne fit que le même geste que plus tôt et elle lui pointa une direction qu’Isaac s’empressa de suivre en courant. Comme il l’avait vécu plus tôt, il sentit ses poumons brûlés par l’oxygène, il hurla de nouveau de toutes ses forces, non de douleur mais de peur, et puis il ferma ses yeux pour un dernier voyage d’enfer qui le ramera dans sa vraie réalité.

Lorsque Isaac ouvrit les yeux, rien n’avait bougé. Il était toujours dans cette bibliothèque avec ce livre rempli de pages blanches. Pourtant son cœur battait la chamade comme s’il venait de courir un marathon. Il déposa le livre brusquement avant d’aller se planter devant la vieille dame. Cette fois pourtant, elle prononça une phrase qui allait prendre tout son sens, elle lui dit : « le livre que tu as choisi te montre ce qui est caché, la plupart des gens n’y voient que du feu… »

Isaac comprit alors que ce livre horrible révélait la souffrance interne des humains, aussi méchants pouvaient-ils être. Chaque personne ne naît pas fondamentalement mauvaise, elle le devient. Il faut être allé au fond de la douleur humaine, en avoir découvert les étranges capacités, pour pouvoir saluer du même don sans limite de soi-même ce qui vaut la peine d’être vécu.

La roue qui tourne

Bizarrement, la vieille dame offrit un emploi à Isaac à la seule condition de toujours bien conseiller les clients, sans quoi comme elle le disait : « Personne n’aurait la chance d’avoir ce qui lui est dû ». Une semaine passa sans aucun problème et puis une femme entra dans la bibliothèque avec un air morose. Isaac sut tout de suite qu’elle avait besoin d’un livre particulier. Il lui pointa une direction et il la vit disparaître dans le rayon, il entendit quelques pages se tourner et puis, plus rien.

Les vendredis KAHOOT culturelo-intello-un-peu-cinglé… ça finit vraiment bien la semaine!!!

Viens nous épater avec ta culture générale!

Quand: Les vendredis suivants à la dernière période.

10 janvier  / 24 janvier  / 21 février / 20 mars  /  3 avril  /  17 avril  /  15 mai  /  29 mai.

Où: Local A-108.

Pour qui: TOUT LE MONDE.. mais il faut être étudiant du CFM et être à l’horaire…

But: Nourrir ta culture générale, essayer de battre le prof et avoir du gros fun!!!!

Animation: Mylaine Goulet « Thebrain » et Mathieu Laperle « Themantobeat »

La Première Guerre mondiale… Petite histoire d’une grande tragédie!

Mis en avant

La Première Guerre mondiale… Petite histoire d’une grande tragédie!

Par: Sébastien Lussier

Bonjour mes chers lecteurs et lectrices du journal,

Aujourd’hui, je vais parler d’une histoire qui remonte à loin, mais qui s’est avérée cruelle à tous les niveaux, celle de la Première Guerre mondiale.

Entre 1914 et 1918, ce sont 80 millions de personnes qui vivront cette guerre terrible. Environ 10 millions d’âmes seront fauchées par les balles, les bombardements, brûlées, dévorées par les poux et les rats ou tuées par des épidémies. De plus, 8 millions de soldats sont aussi blessés. C’est un bilan catastrophique qui mettra le vieux continent à feu et à sang

Mais avant le déclenchement de cette guerre, des hommes s’élèveront contre celle-ci. En France, Jean Jaurès, le plus grand tribun de la classe ouvrière est inquiet. Il sait que dans toute l’Europe, beaucoup de patrons et grands industriels parlent sans retenue d’une guerre qui va éclater aux grands jours.

Jaurès dit: « […] tandis que tous les peuples et tous les gouvernements veulent la paix, malgré tous les congrès de la philanthropie internationale, la guerre peut naître toujours d’un hasard toujours possible […]. Toujours votre société violente et chaotique, même quand elle veut la paix, même quand elle est à l’état d’apparent repos, porte en elle la guerre, comme une nuée dormante porte l’orage. (Très bien ! très bien ! à l’extrême gauche.)

Messieurs, il n’y a qu’un moyen d’abolir la guerre entre les peuples, c’est abolir la guerre économique, le désordre de la société présente, c’est de substituer à la lutte universelle pour la vie — qui aboutit à la lutte universelle sur les champs de bataille — un régime de concorde sociale et d’unité.

Et voila pourquoi si vous regardez non aux intentions qui sont toujours vaines, mais à l’efficacité des principes et à la réalité des conséquences, logiquement, profondément, le Parti socialiste est, dans le monde, aujourd’hui, le seul parti de la paix. »

Les efforts de Jaures seront cependant vains, il sera assassiné dans un café de Paris et le dernier bastion français antiguerre tombe avec lui. C’est le début de la fin. 

Mais tout cela prend racine le 28 juin 1914.

La machine infernale va se déclencher un dimanche lors l’assassinat, à Sarajevo, de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, et de son épouse. Dès lors, c’est tout l’empire austro-hongrois qui s’effondre de l’intérieur et qui provoquera cette guerre. Issue de conflits qui prennent racine dans des luttes diplomatiques concernant des problèmes autant ethniques, colonialiste qu’économique, elle divisera l’Europe et la plongera dans une longue nuit de plus de 4 années cauchemardesques. 

Pour conclure, les besoins grandissants des grandes puissances colonialistes ont précipité les hommes à se faire la guerre, et tout ça pour des questions de pouvoir, de différence raciales et de tensions entre les différents peuples et, bien entendu, à cause de notre pire ennemie: l’argent. Et 10 000 000 de vies prises plus tard, le problème sera loin d’être réglé. Les sanctions imposées aux peuples qui ont perdu cette guerre (en particulier l’Allemagne) ne fera que nourrir des conditions propices – pendant les deux prochaines décennies – à l’éclosion du plus grand conflit que l’humanité n’aura jamais connu : la Deuxième Guerre mondiale…

Leçon à retenir: apprendre de ses erreurs n’est pas une compétence que l’l’Homme possède à la naissance…    

New York… on en est où?

Mis en avant

Tout d’abord, une bonne année 2020… santé, bonheur et prospérité à tous… ainsi que motivation et réussite!

En ce qui concerne le voyage à New York… Nous avons jusqu’à maintenant près de 40 intéressés, mais tous n’ont pas payé leur premier dépôt! Il est nécessaire de le remettre au plus tard le 15 janvier, puisque par la suite, le groupe sera fermé, il ne sera plus possible de vous joindre au groupe.

Je vous rappelle que la première campagne de vente de produits White Swan se termine cette semaine. Vous devez remettre votre pochette, vos commandes et l’argent au complet avant vendredi le 10 janvier à Véronique au B 208. Vous recevrez votre deuxième pochette en échange de la première pour la seconde période de vente.

Les dates pour l’emballage-pourboire du Marché Dessaules seront les 11 et 12 janvier et je dois confirmer la présence de 16 places d’emballage. Si vous êtes disponibles, veuillez aussi m’en faire part d’ici mercredi le 8 janvier (les quarts de travail se divisent ainsi: 10h à 14h ou 14h à 18h).

Je ferai prochainement un groupe fermé sur Facebook pour tous les voyageurs. Je vous tiendrai au courant.

Véronique

 

Série portrait: Mathieu-Chan Labonté

Mis en avant

Série portrait: Mathieu-Chan Labonté 

Par Sarah-Ève Lepage

Plusieurs élèves ont connu M. Chan en tant qu’enseignant à l’école Raymond. D’autres le connaissent tout simplement de vue. L’Agora souhaitait faire le profil de notre cher directeur adjoint pour que le personnel et vous, les élèves, puissiez mieux connaître .

M. Chan, ou plus exactement: Mathieu-Chan Labonté, est né à Montréal et il est Québéco-Vietnamien. Ce travailleur acharné sait aussi relaxer; il aime plusieurs séries télévisées et il sait jouer du piano (il a étudié cet instrument pendant 15 ans). De plus, M. Labonté est un homme qui a de l’ambition: lorsqu’il était jeune, il rêvait de devenir astronaute. Rien de moins!

Cela dit, comme il est aussi papa, il adore passer du temps avec ses deux petites filles qui sont encore toutes jeunes. Et, pour le « rayon bonne fourchette », sachez que son dessert préféré est la crème brûlée (… si jamais vous voulez l’amadouer…) et que ses goûts musicaux tournent autour de quelques chanteurs(es) préférés comme :  Roxanne Bruneau, Alexandre Poulin et le groupe Rise Against .

Pour ce qui est de son histoire étudiante, lorsque M. Chan a fini son secondaire, il est allé au cégep dans le but de devenir architecte. Cependant, il a très vite senti que ce métier ne lui conviendrait pas, alors il a choisi un autre programme: les sciences pures. Avec le temps, il a vu que cette matière l’intéressait, mais que travailler dans un laboratoire n’était pas vraiment ce qu’il recherchait non plus. Il a alors choisi de s’inscrire dans le programme de pédagogie de l’UQÀM dans le but de devenir enseignant en mathématique au secondaire. C’est là que son histoire le rapproche du CFM.

Il a ensuite travaillé dans plusieurs écoles comme l’école Henri-Bourassa à Montréal. Il a aussi été directeur et remplaçant dans une petite école de musique à Montréal également. Par la suite, M. Chan et sa conjointe ont déménagé ici à Saint-Hyacinthe et un poste lui a été proposé par l’école secondaire Raymond. Il a passé 3 belles années dans cette école, mais il voulait aller plus loin, il voulait monter un autre échelon: il voulait devenir directeur. Il a donc fait les démarches pour y parvenir. Tout ça a pris 3 mois. Puis, il a été repêché. Un poste s’était libéré. Et c’est à ce moment de M. Chan est devenu notre directeur adjoint. Seulement voilà, même s’il a atteint son but, son métier d’enseignant lui manque un peu, parfois. C’est qu’il adorait la proximité avec ses élèves et il la retrouve moins comme directeur adjoint. L’agora lui a demandé s’il voudrait peut-être revenir vers la classe un jour? La réponse fut sans équivoque: non! Il aime son nouveau poste et les nombreuses responsabilités qu’il a… et un poste de direction lui plairait bien, mais il n’est pas rendu là. Pour l’instant, il aime le CFM et il entend bien y rester encore pour plusieurs années!

M. Chan est donc un homme comblé par son nouveau métier et il tenait à dire aux élèves qui liront ce texte qu’il a toujours en lui cette attention et cette compréhension qui l’habitait lorsqu’il était enseignant.

Son rôle a donc changé, mais lui, il est resté le même!

En terminant, L’Agora tient à remercier M. Mathieu-Chan Labonté pour son ouverture et sa disponibilité. Nous sommes heureux qu’il ait pris un peu de temps pour que nous puissions tracer ce portrait de l’homme derrière le poste qu’il occupe. Nous tenons aussi à remercier Sarah-Ève Lepage pour l’entrevue menée avec M. Labonté. C’était une première « affectation » qu’elle a acceptée et nous voulons la féliciter d’avoir relever ce défi avec brio!

Prochain portrait : Votre directrice : Mme Sylvie Ménard!

 

 

 

 

Pour Noël, acheter localement, en ligne ou en magasin?

Mis en avant

Pour noël, acheter localement, en ligne ou en magasin?

Par: Alixia Bernard

Depuis des années, environ 1.42 milliards de cadeaux sont achetés par année pour aller sous les sapins de Noël. On dit même que 54% de la population achète sur le site Amazon pour les cadeaux de noël. Savez-vous d’où vient ces cadeau et comment? Lisez la suite et vous comprendrez!

Chaque cadeau vient emballé dans du plastique, qui lui est mis dans une boîte. Ensuite, il y a du papier bulle pour protéger le produit parce qu’il provient d’un autre pays et qu’il va voyager en avion parce qu’ils ne veulent pas briser le produit, bien entendu, pendant son transport. En plus, avec ce transport, on utilise beaucoup de dioxyde de carbone (les avions et les bateaux n’avancent pas grâce à l’énergie solaire), ce qui pollue beaucoup. 

On essaie de faire attention à notre environnement, mais avec l’utilisation de beaucoup de plastique et de l’émission de dioxyde de carbone, on n’aide pas vraiment notre planète. Vous devriez voir le nombre de morceaux de plastique qui tombent dans l’océan chaque jours… 

Tout ça est de notre faute, car c’est nous qui utilisons le plastique. 

Alors, avec Noël qui approche et les nombreux cadeaux qui sont achetés sur les sites internet, cela aide encore moins. C’est pour ça que je vous propose cette année d’acheter localement, c’est-à-dire d’aider nos producteurs québécois, les encourager, acheter leurs produits. Ils mettent tout leur temps pour préparer de superbes produits, sans trop polluer l’environnement. En plus d’acheter localement, vous donnez votre argent à des personnes d’ici et non aux autres pays. En plus, il y a beaucoup de produits écologiques qui sont faits ici. Donc, en plus de ne pas polluer en achetant des produits qui ont «beaucoup trop voyagé», vous pouvez donner des produits écologiques qui aident encore plus l’environnement comme des sacs Ziploc lavables, des couches lavables, des cotons-tige lavables ou même des tampons démaquillants lavables qui font de très beau cadeaux dans un bas de Noël pour vos tout petits ou vos proches. Vous encouragez ainsi nos producteurs qui mettent leur temps à les confectionner, sans aucun imperfection, et qui le font avec soin et amour et qui adorent faire ce qu’ils font. 

C’est mieux que certains produits fabriqués par des jeunes enfants qui le font à la place des adultes. Ils ne veulent pas faire ça, ce n’est pas eux qui ont choisi ce travail là, eux ce qu’ils veulent c’est apprendre et jouer, pas se faire obliger de coudre un morceau de chandail ou fabriquer un auto en jouet. 

Alors avant d’acheter vos cadeaux de Noël, pensez longuement à la provenance de ceux-ci, aidez les personnes d’ici qui adorent leur travail plutôt que d’encourager l’exploitation des enfants des pays défavorisés!                                                          

                                                          

New York – Vos profits sur la campagne de produits hygiéniques

Mis en avant

Bonjour!

On me demandait quel était le profit pour la vente de produits hygiéniques White Swan:

Papier de toilette: 10,57 par caisse vendue

Mouchoirs: 9,34 par caisse vendue

Essuie-tout: 9,76 par caisse vendue

Notez bien que vous devez remettre le total de vos ventes. Nous nous chargerons de déduire vos profits de votre facture. Vous devez avoir remis votre premier dépôt de 150$ afin de recevoir votre pochette de vente.

Première réunion pour New York

Mis en avant

Petit résumé!

Tout d’abord, merci d’avoir été là! C’est un superbe projet!

Quand: du mardi 19 mai au vendredi 22 mai 2020

Où: New York

Coût : Nous attendons les soumissions comme je l’ai annoncé. Notez que jusqu’à 30 jour avant le voyage, les coûts peuvent varier légèrement (taux de change, etc.). Je vous tiens au courant aussitôt que j’ai un montant à vous transmettre!

Nombre de places: 40 à 50 personnes admissibles , premier arrivé, premier servi! Vous devez avoir fait votre demande de passeport ou visa/titre de voyage afin de le recevoir pour ou autour du 1er mars 2020.

*** Notez que la direction a un droit de regard sur votre participation***

(absences, comportement, état de santé, etc.)

Premier dépôt: 150$ et la date de tombée est le 20 décembre. En échange, vous recevez la pochette vous permettant de débuter votre campagne de financement (produits hygiéniques).

Hébergement: quadruple (donc deux par lit, quatre par chambre)

Élèves subventionnés par le CLE ou aide sociale: vous devez demander l’autorisation à votre agent et remplir la feuille à cet effet. (Venez me voir au B 208 si vous ne l’avez pas reçue) et la remettre à Lynda Morin (ou à moi et je lui remettrai).

Si ton parcours est terminé (et réussi) après la relâche mais avant le voyage, tu pourras participer aux mêmes conditions que les autres.

Campagnes de financement: 

1- Produits hygiéniques: cette campagne peut vous rapporter beaucoup! Profitez-en! N’oubliez pas que c’est de l’argent comptant seulement (sauf entente) et que les montants complets doivent être retournés avec la pochette le 10 janvier 2020 ou avant afin de recevoir à temps la commande. Nous nous chargerons de déduire les montants de votre facture selon vos profits. Cette campagne est individuelle donc les profits ne sont pas répartis au groupe.

2- Emballage pourboire: Marché Dessaules de St-Hyacinthe les 18 et 19 janvier 2020 (j’ai besoin de 8 à 16 personnes)

3- Cornets de bonbons en vente semaine St-Valentin (j’ai besoin de 8 personnes environ)

4- Souper bénéfice vers la fin mars-début avril (j’ai besoin de beaucoup de personnes, je vous reviens avec cela).

Voici les activités que nous avons demandées pour le voyage:

Balade d’exploration dans Central Park et la 5e avenue : Central Park, Imagine, Trump Tower, St-Patrick Cathedral, Rockefeller Center, etc. -Times Square -Spectacle sur Broadway -Tour guidé dans le quartier Midtown -Balade à pied sur le pont de Brooklyn -Ferry pour la Statue de la Liberté -Observatoire du One Wolrd Trade Center -Musée de Madame Tussaud -Visite du New York’s honeycomb walk create buzz, temps libre et de magasinage (2 périodes de 2 à 3h)

Nous serons Joseline et moi tous les mardis de décembre à 12h00 dans le corridor du premier étage pour votre dépôt (3, 10 et 17 décembre). De plus, mon local est le B 208, vous pouvez souvent m’attraper là entre deux périodes ou après le dîner… 

Merci à tous les voyageurs 🙂

 

 

 

 

Salon de la formation, des métiers et des professions

Mis en avant

L’équipe des Conseillers en Orientation de la CSSH souhaite inviter tous les élèves à L’Expo-Carrières qui se tiendra à la Polyvalente Hyacinthe-Delorme mercredi le 4 décembre prochain en soirée!

Près de 150 kiosques d’établissements d’enseignement, de métiers et de professions à découvrir!

Merci et bonne journée!

New-York, New-York

Mis en avant

Du 19 au 22 mai, le CFM part pour La grosse pomme!

Le projet, piloté principalement par Véronique Leiffet, a été accepté et nous sommes très heureux de vous annoncer que nous partons pour New-York du 19 au 22 mai!

Les élèves qui partiront auront d’ailleurs la chance de participer à des campagnes de financement.

Vous vous tiendrons au courant des activités!